FR/EN
SARL ALGERIA AND CHINA GROUP INDUSTRIESA&C GROUP INDUSTRIES
english
Menu
What are you looking for?
Actualité of Tuyau Afrique

Concurrence Accrue Pour La FilièRe Plastique EuropéEnne

La filière pétrochimique et plastique européenne a un problème de compétitivité face à des concurrents qui se démultiplient aux Etats-Unis et au Moyen-Orient, où ils bénéficient d’outils industriels neufs et d’approvisionnements en gaz à bas coût.

concurrence-accrue-pour-la-filière-plastique-européenne

Le différentiel entre les prix du gaz naturel sur les marchés européen et américain saigne la filière plastique en Europe. Et la situation va s’aggraver, avec le démarrage en 2017 d’importantes capacités de production de monomères et polyoléfines aux Etats-Unis, où le secteur bénéficie des prix très bas des gaz de schiste (2 dollars par million de Btu – British thermal units). 264 projets dans l’industrie chimique liée au gaz de schiste doivent être lancés aux Etats-Unis, pour un investissement de 164 milliards de dollars, selon des données de l’American Chemistry Council (ACC). Des investissements qui devraient créer 426 000 emplois directs et indirects d’ici 2023.

Fermeture de capacités en Europe

Et l’Europe pendant ce temps ? Pendant ce temps, l’Europe attend, comme dans une parodie du livre pour enfants de Rosemary Wells. Faute de compétitivité, l’industrie chimique européenne ne prévoit pas d’augmenter des capacités qu’elle peine déjà à utiliser. Elle a atteint son pic de production en 2008. Depuis, la tendance est plutôt "à la rationalisation, car la consommation d’oléfines et de polyéthylène a baissé. Plusieurs sites de polypropylène ont fermé", rappelait le 5 avril Didier Nohazic, gestionnaire grands comptes tubes, câbles et Hot Melt chez LyondellBasell lors de la matinée Plastiques organisée par MPE-Media.

"La conversion pour produire à partir de l’éthane est un process coûteux et très énergivore. Le delta de prix entre l’Europe et les Etats-Unis risque donc de se creuser à l’avenir. Le challenge est bien celui de la compétitivité des vapocraqueurs européens [au nombre de 42, dont 6 en France, Ndlr] et des unités polymères face à ceux situés au Moyen-Orient et aux Etats-Unis" ajoute-t-il.

La guerre des prix aura bien lieu

Avec un outil industriel vieillissant et des coûts d’approvisionnement qui ont plutôt augmenté malgré la baisse du prix du pétrole, les transformateurs, eux, sont pris en tenaille. "A ces contraintes s’ajoutent celles de la règlementation", précise Didier Nohazic en citant l’exemple de Reach. "La filière a pourtant besoin de préserver, et même d’accroître sa compétitivité". Pour cela, "producteurs et transformateurs doivent travailler ensemble".
Un vœu pieu, au vu des dissensions récurrentes entre les deux groupes d’acteurs sur la répercussion des variations des prix des produits pétroliers. "Soyons optimistes, mais réalistes", plaide Didier Nohazic. "Si les transformateurs européens commencent à s’approvisionner au Moyen-Orient ou aux Etats-Unis, des unités de production risquent de fermer." Michel Loubry, de Plastics Europe, rappelle que les matières premières de la plasturgie sont devenues un marché global de commodités, et que les transformateurs "ne peuvent plus se contenter d’acheter et de vendre en France".

Myrtille Delamarche

Actualites Connexes

corporate

contact

  • tel:041 617 033
  • fax:05 61407849
  • emailsarl.acgroup@gmail.com
  • address:ZONE INDUSTRIELLE ESSENIA 2 CLASSE 1 ILOT 13 - ORAN